Versions PDF en ligne

Vous souhaitez consulter le Coran en langue française? Plusieurs versions sont mises à votre disposition en cliquant sur les liens ci-dessous

Traduction par Jacques Berque (1995)


Jacques Berque, né à Frenda (Algérie française) le 4 juin 1910 et mort à Saint-Julien-en-Born (Landes) le27 juin 1995, est un sociologue et anthropologue orientaliste français. Il est en outre le père d’Augustin Berque, grand géographe, spécialiste du Japon et théoricien du paysage. Le père de Jacques Berque, Augustin Berque, après avoir été administrateur en Algérie, finit directeur des Affaires musulmanes et des Territoires du Sud au Gouvernement Général.

Jacques Berque est titulaire de la chaire d’histoire sociale de l’Islam contemporain au Collège de France de 1956 à 1981 et membre de l’Académie de langue arabe du Caire depuis 1989.

Il décrit l’utopie d’une « Andalousie », c’est-à-dire d’un monde arabe renouvelé, retrouvant à la fois ses racines classiques et sa capacité de faire preuve de tolérance et d’ouverture.

Il est l’auteur de nombreuses traductions, appréciées notamment pour la qualité de leur style, dont celle du Coran, et de nombreux ouvrages et essais, notamment Mémoires des deux rives. Dans sa traduction du Coran, il tente de concilier fidélité à la lettre du texte, recherche stylistique, et prise en compte de la tradition exégétique musulmane. Cette traduction comprend également un index final très détaillé. Enfin, il consacre la fin de son ouvrage à une réflexion intéressante consacrée à l’exégèse du Coran.

http://www.lenoblecoran.fr/jacques-berque/

---------------


Traduction par Régis Blachère (1966)

Régis Blachère, né à Montrouge le30 juin 1900 et décédé à Paris le7 août 1973, est un orientaliste – arabisant – français.

Membre de l’Institut (1972), directeur d’études à l’Institut des hautes études marocaines de Rabat (1930-1935), professeur d’arabe à l’École nationale des langues orientales (1935-1950), professeur de littérature arabe du Moyen Âge à la Sorbonne (1950-1970), directeur d’études à l’École pratique des hautes études (1950-1968), directeur de l’Institut d’études islamiques de l’université de Paris (1956-1965), directeur du Centre de lexicographie arabe, associé au CNRS (1962-1971).

On lui doit une traduction « critique » du Coran (1947) et un essai de reclassement des sourates dans l’ordre chronologique de leur révélation.

http://www.lenoblecoran.fr/regis-blachere/

---------------


Traduction par Mohammed Chiadmi (2008)

Mohammed Chiadmi est né en 1924, à El-jadida, au Maroc, au sein d’une famille composée à la fois d’oulémas et de mystiques. Il apprit très jeune le Coran. Il commença son initiation aux sciences islamiques parallèlement à ses études primaires, puis poursuivit durant ses études secondaires ; et cela, sous la direction de son père- le jurisconsulte Si Ismaïl Chiadmi-, son grand-père maternel –le cadi (juge) Abou Chouaïb al-Mabkhout-, le jurisconsulte Si Mohammed al-Hattab, le cadi Si-Bahboubi et le cadi Si Ahmed Zemmouri.

Titulaire d’une licence d’histoire-géographie, d’une licence en lettres et du diplôme de traduction délivré par l’Institut des Hautes Etudes de Rabat, en 1948, l’auteur fut nommé :
– Professeur dans différents lycées et y enseigna durant treize années ;
– Proviseur de lycée, durant cinq années ;
– Délégué du ministère de l’Education National, à Casablanca.

Il fut ensuite appelé au ministère pour y exercer les fonctions de chef de la recherche et de l’action pédagogique. Il fut nommé nommé chevalier de l’ordre des Palmes académiques, par le ministère français de l’Education Nationale, pour services rendus à la culture françaises (décret du 31 juillet 1970). Il occupa la fonction de directeur général de l’enseignement secondaire et technique jusqu’en 1971.

Ensuite, Mohammed Chiadmi occupa en même temps la fonction de directeur de cabinet du ministre de l’Education Nationale et celle de délégué permanent du Maroc au sein du comité consultatif pour l’éducation et l’enseignement dans le Maghreb Arabe.

En 1973, il fut nommé inspecteur général au ministère des Habous et des Affaires Islamiques.
De 1977 à 1984, nommé par Dahir, il occupa le poste de Secrétaire Général du Parlement Marocain.

http://www.lenoblecoran.fr/mohammed-chiadmi/

----------------

Traduction par Denise Masson (1967)

Denise Masson (née en 1901 – morte le 10 novembre 1994 à Marrakech), surnommée la Dame de Marrakech, était une islamologue française qui a traduit le Coran de l’arabe en français, publié en 1967, qui reçut, vers 1970, le label « d’essai d’interprétation du Coran inimitable » par l’islam « orthodoxe » au Caire et à Beyrouth. D’après son confrère André Chouraqui, elle se serait inspiré de la traduction en latin de Louis Marracci de 1698, reprise par Reiniccius.

http://www.lenoblecoran.fr/denise-masson/